Galerie Challier

Photo Photo Photo Photo

« Un regard d’obsidienne »
Une exposition conçue par Jean-Baptiste Sibertin-Blanc et réalisée par Michel der Agobian

Dans un monde industriel sophistiqué en prise à des codes économiques complexes, pourquoi revisiter aujourd’hui une des premières matières que l’homme s’est approprié.
J’aime les matériaux ; l’obsidienne, née il y a quatre millions d’années, est un minéral, une pierre, un verre parfait qui me fascine. Il y a quelques années, j’avais tenté dans une exposition appelée « La matière des lieux » la mise en scène improbable de 10 projets réalisés en France et à l’étranger, dans lesquels la culture des lieux mais aussi la matière vivante m’ont apporté les grands traits de mes dessins.
Lors de ma rencontre avec Michel der Agobian, j’ai exprimé le souhait de regarder et d’explorer cette matière avec des regards complémentaires, avec des amis et créateurs aux parcours riches et divers : orfèvre, architecte, sculpteur, designer ; la matière et les ateliers sont aussi au cœur de leurs projets et de leurs desseins.
L’obsidienne est une matière omniprésente dans l’inconscient collectif mais aussi méconnue dans sa perfection. Ce matériau est opaque, mystérieux, parfois austère mais aussi transparent avec un toucher de soie.
L’homme de la préhistoire s’en est emparé très tôt pour en faire ses premiers outils, pour vivre. Le design existe depuis l’origine de l’humanité.

« Un regard d’obsidienne », ce sont 13 écritures croisées qui nous invitent à la redécouverte de cette matière, à travers l’expression de cultures diverses qui sont autant de portes ouvertes pour enrichir notre musée imaginaire.

Jean Baptiste Sibertin Blanc
Décembre 2010

Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb
Photo Thumb

TEXTE